Aventures littéraires·Parlons livres

Gargantua de François Rabelais

imageEdition Pocket (Classiques), 2009. 485 pages.

MA NOTE : 5,5/10

4ème de couverture

Pantagruel censuré, Rabelais récidive avec Gargantua, ogre démesuré et grand seigneur de Touraine dont les aventures paraissent encore suspectes aux théologiens. Monstre de paresse, abruti de religion durant son enfance, il échappe au pédantisme des « vieux tousseux » de la Sorbonne, dérobe au passage les cloches de Notre-Dame, se cultive enfin auprès de l’humaniste Ponocratès, son maître. Survient la fabuleuse « guerre picrocholine », née d’une querelle entre vignerons et boulangers tourangeaux, ou se distingue le merveilleux frère Jean des Entommeures. En récompense, le moine utopiste pourra édifier son abbaye de Thélème ou tolérance et liberté feront loi.
D’un mot, Victor Hugo définissait Rabelais :  » Son éclat de rire est un des gouffres de l’esprit. « 

Mon avis

Ce livre je ne vous cache pas que je repoussais le moment où je devrais le lire, j’avais déjà eu l’occasion de constater l’humour scatophile de Rabelais et je ne souhaitais pas en découvrir davantage. Mais c’est un classique, je dois le connaître pour la prépa donc je me suis lancée dedans. A reculons, certes, mais j’y suis allée.

Et vous savez quoi? J’ai été agréablement surprise : oui il y a, on ne peut pas le nier, certains passages particulièrement immondes (il y a quand même un chapitre entier sur la façon dont Gargantua se torche le cul) mais ce n’est absolument pas ce qui domine.
Parce que finalement on se rend compte que le but de l’œuvre, ce n’est pas de faire rire. Enfin si. Mais pas seulement. Non, le véritable objectif de Gargantua c’est de nous faire voir les fondements d’un monde meilleur. Et si le rire est si présent, c’est parce que Rabelais s’en sert pour tourner en dérision les aspects négatifs de la société et ainsi mieux exalter ceux qu’il juge meilleurs.
L’auteur nous l’avait en effet annoncé dès le prologue : il faut aller au delà des apparences, savoir lire entre les lignes. Et entre les lignes, Rabelais dénonce les normes et le dogmatisme des traditions. Entre les lignes, il défend sa vision du monde. Et son arme pour convaincre, c’est le rire.

Au niveau de l’écriture, ce qui domine, c’est le mélange des genres. Rabelais ici aussi, va à l’encontre des normes : on ne trouve pas seulement de la prose mais aussi des poèmes, des listes, des discours et des conversations.
Mais ce qui nous interpelle surtout, nous lecteurs, c’est le dialogue que Rabelais entretient avec nous : il nous parle, débat, nous contredit (anticipant ce qu’on pourrait aller opposer à ce qu’il raconte). Et pour appuyer ces propos, il va jusqu’à citer divers chercheurs et auteurs (ayant existé ou non d’ailleurs) ou user de suites logiques (qui le sont moins à la fin). Il parviendra ainsi par exemple, à nous prouver que si, onze mois de grossesse c’est TOUT A FAIT NORMAL ; et que, oui, le blanc est synonyme de la joie parce que le noir l’est de la tristesse.

Bref, pour finir, je dois dire que ce livre je ne l’ai pas détesté comme je m’y attendais. Mais je ne l’ai pas particulièrement aimé non plus. C’est laborieux, un peu trop long et on ne s’attache pas particulièrement aux personnages. Mais c’est drôle. Pas drôle au point d’être hilare tout du long mais assez pour sourire de temps en temps.

Extrait

 »      Aux Lecteurs
Amis lecteurs, qui lisez ce livre,
Défaites-vous de toute passion,
Et, en le lisant, ne vous scandalisez pas :
Il ne contient ni mal ni infection.
Il est vrai qu’ici vous n’apprendrez
Que peu de perfection, sinon sur le rire ;
Mon cœur ne peut choisir aucun autre sujet,
Quand je vois le deuil qui vous mine et consume :
Il vaut mieux écrire du rire que des larmes,
Parce que le rire est le propre de l’homme.
VIVEZ JOYEUX « 



Et vous avez vous lu Gargantua ? (au passage si quelqu’un sait comment justifier un texte sur worpress… Je lui serais infiniment reconnaissante de m’aider !)

Pour ceux qui se demandent, voilà mon barème de notation:
4points pour l’histoire en elle-même, son intérêt
2points pour le message derrière l’histoire racontée
2points pour l’écriture
2points selon que ça m’ai plus ou non.

4 commentaires sur “Gargantua de François Rabelais

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s